Skip to main content

La vision des enfants

La vision à la naissance : Un monde entièrement nouveau

Félicitations ! Votre nouvelle source de joie vient de pointer le bout de son nez. La naissance a probablement bouleversé son monde autant qu’elle a bouleversé le vôtre, aussi il peut mettre un certain temps à ouvrir les yeux. Une fois ses yeux ouverts, les médecins et infirmières contrôleront l’absence de problèmes oculaires congénitaux en même temps qu’ils procèderont aux autres examens habituels effectués à chaque naissance. Ils appliqueront également une pommade pour prévenir l’infection.

La vision d’un nouveau-né diffère véritablement de celle d’un adulte ou d’un enfant. Votre nouveau-né ne distingue pas encoure les couleurs et ne discerne que des nuances de gris. Sa vision est floue et son acuité visuelle proche de 20/400. Il ne peut rien accommoder au-delà de 20 à 30 cm de distance. Les nouveaux-nés sont également peu sensibles à la lumière : il leur faut environ 50 fois plus de lumière pour qu’ils remarquent sa présence.

À la naissance, l’œil de votre nouveau-né ne mesure que 75 % environ de la taille d’un œil adulte. Au cours de ses premières semaines, les structures et les récepteurs de son œil, de même que les nerfs de son œil et de son cerveau, commencent à se développer. Cette évolution se poursuivra pendant les deux prochaines années. Observons ce qui se passe pendant ce développement visuel.

La vue des enfants

La vision de l’enfant joue un rôle très important dans son développement. Environ 90% des apprentissages d’un enfant sont liés à ce qu’il voit ! Un enfant qui voit mal peut donc rencontrer des difficultés et avoir des problèmes scolaires : difficulté à lire, dyslexie, inattention…Un enfant sur 4 qui entre à l’école a un défaut visuel. Le dossier La vue de l’enfant présente ses caractéristiques, ses évolutions, ses troubles comment les détecter, comment les protéger…

Les troubles visuels de de 2 à 12 ans

Les premiers défauts visuels peuvent être détectés dès l’entrée à l’école maternelle. Dans cette période, avant le cours préparatoire, le dépistage est fondamental. Certains défauts visuels détectés très tôt pourront se corriger rapidement ; à l’inverse, non pris en charge, ils peuvent occasionner des retards dans l’apprentissage.

Quels sont les défauts visuels de l’enfant ?

Voici une liste non exhaustive des défauts visuels rencontrés durant l’enfance :

  • Le daltonisme chez l’enfant

Deux tests de dépistage du daltonisme sont adaptés aux enfants dès 3 ans : le test de Verriest, qui est consiste à réunir des jetons par nuances, et le test d’Ishihara composé de fiches où des formes simples sont à percevoir.

  • L’amblyopie chez l’enfant

Détectés avant 2 ans, les enfants atteints d’amblyopie peuvent retrouver une vue normale. Traités après 2 ans mais avant 6 ans, il n’y a que 50% de récupération à envisager. Aussi appelé syndrome de l’oeil paresseux, c’est l’acuité de cet oeil qu’il faut sauver en dépistant et traitant ce trouble le plus précocement possible.

  • Le strabisme chez l’enfant

Le strabisme affecte le parallélisme des yeux. S’il n’y a pas de raison de s’inquiéter qu’un bébé louche jusqu’à ses 3 mois, il faut surveiller de près que les deux yeux suivent bien le même axe par la suite.

  • La myopie chez l’enfant

La vision de près est fortement sollicitée durant l’enfance, entre école et écrans. C’est la période où une myopie peut se développer et être détectée.

  • L’hypermétropie chez l’enfant

L’hypermétropie est naturelle jusqu’à 10 ans. Néanmoins si elle est source de migraine, ou si elle persiste au-delà des 10 ans, elle réclame une correction.

  • L’astigmatisme de l’enfant

L’enfant confond certaines formes proches, comme les 8 et les 0. Ce trouble est un véritable frein à l’apprentissage de la lecture, et doit être pris en charge avant qu’il n’impacté ses résultats scolaires.

Détecter et traiter

Les signes à surveiller

Un retard visuel peut avoir d’importantes conséquences sur le développement de l’enfant, et il convient d’en surveiller les signes avant-coureurs afin de le traiter au plus tôt.

Consultez un professionnel de santé si vous pensez que votre nouveau-né ou votre enfant présente un ou les signes suivants :

  • Des tâches blanchâtres sur la pupille.
  • Il ne suit pas du regard les objets en mouvement.
  • Il cligne très souvent des yeux.
  • Après 6 mois, il continue à loucher.
  • Il se cogne souvent.
  • Il se plaint de maux de tête de manière régulière.
  • Il est très sensible à la lumière.
  • Ses yeux pleurent beaucoup.

Les examens de la vue

Les tests de dépistage suivant les recommandations de l’ANAES (Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé) concernant le dépistage des troubles visuels chez l’enfant de moins de 6 ans sont les suivants :

Au 8ème jour :

  • Interrogatoire des parents afin de déceler les facteurs de risque.
  • Examen externe de l’oeil (paupières, symétrie des globes oculaires, point lumineux).
  • Recherche de réflexes visuels normalement présents à la naissance.

Au 4ème mois :

  • Examen général.

Au 9ème mois :

  • Interrogatoire des parents afin de déceler les facteurs de risque.
  • Examen externe de l’oeil identique à celui du 8ème jour.
  • Recherche des premiers réflexes visuels.
  • Recherche de défense à l’occlusion (en cachant un oeil de l’enfant, afin de déceler l’amblyopie).
  • Dépistage du strabisme.
  • Test de Lang (afin de tester la vision du relief).

A l’âge verbal (Entre 2 ans et demi et 4 ans) :

  • Examen externe de l’oeil, identique aux précédents.
  • Recherche du réflexe photomoteur.
  • Mesure de l’acuité visuelle de loin (échelle de lettre ou d’images)
  • Test de Lang (afin de tester la vision du relief)
  • Visites scolaires annuelles
  • Visites chez l’ophtalmologiste au rythme de ses recommandations.

Traiter un trouble visuel chez l’enfant

Selon le défaut diagnostiqué par le médecin ophtalmologiste, un spécialiste sera en charge d’accompagner l’enfant dans la prise en charge et l’amélioration de sa santé visuelle. De l’orthoptiste à l’opticien, des solutions prescrites sont adaptées aux besoins des yeux de l’enfant, mais à son mode de vie aussi. Ainsi si un enfant doit apprendre à utiliser des lunettes, à en faire une aide quotidienne qu’il accepte voire qu’il aime, il faut prendre en compte de nombreux facteurs qu’un Opticien par conviction prendra le temps d’étudier avec le jeune concerné.

Leave a Reply